Maïlys Seydoux

EXPOSITION 10 NOVEMBRE au 10 DECEMBRE 2016

ÉCLATS

portrait-mailys

Vit et travaille à Paris.

MAÏlYS AU PAYS DES MERVEILLES

La peinture ne cesse d’émerveiller, alors même qu’elle scandalise. Maïlys Seydoux se plonge dans cet art avec délice, mais non sans prise de risque. Car c’est l’intime  de  son  imaginaire  qu’elle  expose ainsi, engageant son propre corps figuré en ” première ligne”.  En prélude , viennent  les  portraits  de  son  entourage  : les familiers,  les  proches  parmi lesquels elle glisse parfois sa silhouette, avec la discrétion des” portraits insérés médiévaux. Puis dans un dévoilement plus  affirmé,  elle  s’auto-représente  en  pied,  triomphale  et  mal  assurée  encore,  mais pinceaux et brosses en main, composant  une  allégorie  conquérante  du ” moyen “.  Enfin,  elle  s’efface  derrière  le  sujet  véritable  dont  elle  ne se départira plus : l’introspection par l’acte créatif sériel, médiateur par excellence. Elle met désormais en oeuvre l’antique procédé  artistique  du  miroir,   ne lui  consentant  que  la présence  de  son  propre  visage, tête décapitée, littéralement ” médusée “. Puis le dispositif spéculaire la redouble à mi-corps : dimezzata (pourfendue),aurait pu écrire Italo Calvino… Enfin  le miroir  se  brise  (felix culpa !)  ne révélant   pourtant   rien  de   l’au-delà  têtu  de  sa surface  émiettée.   Le réel tel qu’il est  “impénétrable  et  fragmenté  s’y  reflète, tout en ménageant des brèches. Au regardant de s’aventurer dans ces fractures et de s’y perdre. Maïlys qui n’est pas Alice, réserve les arcanes de son intériorité à ses propres ” spéculations “.

Claude FRONTISI

octobre 2016

 

galerie-fond-entree

            Fond galerie - de gauche à droite  : La peinture au couteau . 2015 . 195 x 60 cm – Fragments V . 2015 . 195 x 97 cm - Fragments X . 2015 . 195 x 97 cm

Miroirs et fenêtre IX . 2015 . 195 x 97 cm

galerie-grande-salle

Grande salle – de gauche à droite : Lacérations – Hommage à Boris Vian . 2015 . 195 x 114 cm - Larmes de glace II . 2015 . 195 x 114 cm

Torses VII . 2015 . 195 x 114 cm

fragments-x-195x97-ht-2015

Fragments X – 2015 – huile sur toile – 195 x 97 cm

Maïlys Seydoux, ibi oculus, ubi amor – là où est l’oeil est l’amour

Maïlys a trouvé sa voie : explorer l’intimité et la singularité de son monde qui, par une identification sensible naturelle est aussi le notre.La solitude de l’être entraine la solitude de la création et la solitude de la création dirige la forme et la fonction qu’elle doit prendre. Sa touche comme ses aplats sont une caresse d’une douceur infinie.  Avant  même  d’entamer  la  figure elle donne à sa toile la lumière et les vents propices qui vont diriger qui va bientôt apparaître pour l’animer. Après une longue confrontation avec le réalité doublée de ses chimères, l’artiste donne des contours aux choses.” La main est un oeil ” dit-elle. Elle lui confie les choses fragiles et réelles faites de petits  doutes. C’est ainsi qu’elle a envisagé ses  portraits qui ont fait connaître. Tout comme son autoportrait où son moi disparaît en proie à des vertiges poétiques. Ses questionnements portent sur la perception réel et ses outils envisageant la possibilité d’être peinture. Les objets de  son  atelier, très peu  d’ailleurs,  d’humbles  coquillages, des  pierres ou une petite tortue en céramique jaune posés comme d’étranges trésors sur la table participent à sa création, et pas seulement en tant que modèles. A l’instar de ses pinceaux, ils agissent telles des lentilles étranges corroborant les formes et augmentant la possibilité du voir. Les rideaux lui enseignent les transparences et les fluides constituant ses fonds uniques. Les fleurs séchées la couleur de la nostalgie qui enveloppe son monde sortant timidement de  l’obscurité de ses  coquillages, le calice de ses obsessions. Parmi eux,  le miroir joue depuis  quelques années  un rôle privilégié.  Il lui sert de support pour renverser l’ordre de la réalité la faisant basculer dans un nouvel espace bouleversant les lois de la pesanteur. Le miroir n’est pas le double de son moi, rien de narcissique ne vient perturber la recherche de l’image dans le réel qui se dérobe à ses yeux, un peu comme pour Giacometti la figure de son modèle japonais. Le miroir est sa machine à mieux voir, son oeil perfectionné, le ciel infini. Elle a brisé son miroir désormais. Elle peint ses éclats. L’oeil explore la coupe agressive, cette multiplication du réel réfléchi par sa surface ensorcelante. L’ouverture d’un espace de réciprocité, la conversion d’un ordre de grandeur un autre est dès lors possible : ” On est dans un monde où on arrache les choses, dit-elle .” Une autre solution à la violence qui appelle à la violence, une autre réponse à celle que lui renvoie la rue chaotique, c’est explorer le  réel non pas en imposant une  vision  globale des  choses, car une vision des choses est une abstraction aussi lucide soit-elle. Maïlys Seydoux  se  distingue de ses contemporains. Sa foi dans la perception porte. Sa peinture épaissit son continuera un  exercice  ascétique  de  prise  de  conscience  de l’imperceptible présence  des  formes  et des  choses dans le réel  qu’elle convertit à la vie des chose et des formes dan la peinture.Décalées, réfléchissant leurs  surfaces sur les fentes du miroir  brisé, elle entretiennent  ce  jeu mystérieux entre l’un et le multiplie qui la fascine : ” Si  en  moi  le   regard était  un  oeil,  comme  il  est   en toi,  mon  Dieu, alors  je verrais  toutes  choses  en  moi..  Car l’oeil est réfléchissant et le miroir, aussi petit soit-il, peut recevoir en lui l’image d’une grande montagne et de tous les êtres qui se trouvent sur cette montagne. Et  ainsi  l’espèce de  toutes  choses  est dans l’oeil réfléchissant. Cependant, parce qu’il ne voit par le moyen de l’oeil réfléchissant que l’objet particulier vers lequel il se tourne, parce que sa force ne peut être déterminée que par un objet particulier, notre regard ne voit donc pas tout ce que le miroir de l’oeil peut capter ” . Nicolas de Cues.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Ileana CORNEA

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Paris 2016

miroirs-et-fenetre-v-150x50-2014

Miroirs et fenêtre – 2014 – huile sur toile – 150 x 50 cm

fragments-ii-50x24-ht-2015

Fragments II – 2015 – huile sur toile – 50 x 24 cm

  miroir-brise-iii-41x27-ht-2014

Miroir brisé III - 2014 – huile sur toile -41 x 27 cm

miroir-brise-iv-55x46-ht-2014

Miroir brisé IV –  2014 – huile sur toile – 46 x 55 cm

miroir-brise-vi-92x65-ht-2014-copie-3

Miroir brisé VI – 2014 – huile sur toile – 65 x 92 cm

quatre-mains-xiii-22x14-ht-2012

Quatre mains – 2012 – huile sur toile – 22 x 14 cm

deux-mains-ht-2013-24x16

Deux mains – 2013 – huile sur toile -24 x 16 cm

fil-rouge-ht-2016-22x27

Deux fils rouge – 2016 – huile sur toile – 27 x 22 cm

  gorgone-xxiii-65x35-ht-2014

Gorgone XXIII – 2014 – huile sur toile – 65 x 35 cm

  gorgone-xvi-60x30-ht-2012

Gorgone XVI – 2012 – huile sur toile – 60 x 30 cm

  morceau-de-ciel-ix-ht-2016-27x22-copie

Morceau de ciel – 2016 – huile sur toile – 27 x 22 cm

concerto-pour-la-main-gauche-ht-2016-40x50

                                                                                                                               Concerto pour la main gauche – huile sur toile – 2016 – 40 x 50 cm

le-vif-be

Le Vif .be – 19/11/2016 – Guy Gilsoul

mains-de-maitre

                                                                                                                                  AREA – Alin Avila –  No 31 – Automne Hiver 2015

macparis

saint-hyppolite-2013

le-revenu-novembre-2013

                                                                                                                                                               Le Revenu – novembre 2013

derriere-la-vitre

                                                                                                                                                La gazette de Drouot – Lydia Harambourg – 4 octobre 2013

mailys-suzanne

                                                                                                                            AZART - Figuration Contemporaine – L’Objet –  Françoise Monnin -Hors Série No 7

ileana-cornea-2010

area-2009

                                                                                                        AREA – 2009 - Visages – Portraits et Autoportraits d’aujourd’hui – Hors Série No 11.

lydia-harambourg-9-decembre-2005

EXPOSITIONS

 2016 – Salon Art Freedom (9ème édition) octobre Carrousel du Louvre.

Rencontres d’été, galerie Koralewski, Paris

26e salon des artistes du 8e, Mairie du 8ème arrondissement, Paris.

2015 – MAC Paris. Des miroirs et des fenêtres – Mairie de Varengeville.

” Merveilles…merveilles ” galerie Koralewski, Paris.

2014 –  Salon National de Beaux-Arts, SNBA, Paris.

” Rencontre d’été galerie Koralewski, Paris.

” Séquence pour demain ” galerie Koralewski, Paris.

2013 –  ” …To be or not to be…galerie Koralewski, Paris

”  Rencontre d’été ” galerie Koralewski, Paris.

2012-  ” Pour saluer l’avenir ” galerie Koralewski Paris.

ST’ ART, foire européenne d’Art Contemporain, Strasbourg.

2011 –  ” Voir…Revoir ” galerie Koralewski, Paris.

”  Corps et Ames ” galerie Koralewski, Paris.

2010 –  ” L’Art selon elles ” Espace Culturel de Pont L’Evêque.

” Portraits ” galerie Koralewski, Paris.

2009 –   ” Corps et Ames ” galerie Koralewski, Paris.

2008 –   galerie Koralewski – exposition personnelle.

2007 –   ” ST’ART ” Strasbourg, galerie Koralewski.

2006     ” Pour saluer Fabien Cerredo ” galerie Koralewski, Paris.

” Sur leurs traces ” galerie Koralewski, Paris.

2005 –   galerie Koralewski – exposition personnelle.

” ST’ART ” Strabourg, galerie Koralewski.

2003 –   ” Préludes…préludes ” galerie Koralewski.

” Les Prix Marin” Musée de Karlskrona, Suède.

2000 –   Maison Henri IV, Saint Valéry en Caux. exposition personnelle.

” Préludes…préludes ” galerie Koralewski, Pari.

1999 –   Préludes…préludes “galerie Koralewski.

galerie Traversière, Bourgueil.

1998 –  ” Lauréats 1997 ” prixAntoine Marin, Arcueil.

La Chapelle sur Dun, galerie Koralewski.

galerie Koralewski, – exposition personnelle.

1997 –   Prix Antoine Marin, 2ème – Arcueil.

” Préludes…préludes ” galerie Koralewski.

La chapelle sur Dun, galerie Koralewski.

1995 – Autour de l’oeuvre de Jean Clerté, Musée de la Monnaie, Paris.

1992 – Musée des Monuments Français, gravures, exposition de l’E.N.S.A.D.

1991 – Biennale des Ecoles d’Art Européennes, gravures, exposition de l’E.N.S.A.D.

1990 – S.A.G.A. gravures, exposition de l’E.N.S.A.D.