Seroux

Du verbe jouir - sanguine - chaque oeuvre - 29 x 21 cm -2010
Du verbe jouir - sanguine - chaque oeuvre - 29 x 21 cm -2010

Du verbe jouir – sanguine – chaque oeuvre – 29 x 21 cm -2010

 

Crazy about women

www.seroux.be
EXPOSITION DU 31 mars au 8 mai 2011
Crazy about women sont des encres sanguines sur papier où Séroux aborde à nouveau l’intime, ici celui du frémissement, du plaisir, du cri, de l’extase, de l’effroi, de la perdition au travers d’expressions paroxystiques. Le fantasme, la perte de contrôle, l’égarement, le vertige des gouffres, l’orgasme comme lieu de reconnaissance de soi sont comme à l’oeuvre sous nos yeux.

 

Luc Tuymans - sanguine -60 x 60 cm - 2010

Luc Tuymans – sanguine -60 x 60 cm – 2010

 

Par l’emploi de l’encre, il invite le hasard à jouer des coudes, à dérailler l’image, à dépasser le sens commun. Et, par la série, par des agencements de dessins, c’est de l’impossibilité de dire la chose de façon univoque dont il est question – tant l’expérience de la vie est plurielle, insaisissable voire irreprésentable. On est troublé. L’insensé est à deux pas. Tout est à éprouver. L’art de Séroux loin d’éclairer une question augmente la sensation obscure d’un réel incontournable, c’est-à-dire d’une réalité dont nous ne pourrons jamais tracer que l’ombre d’un contour.

 

Gilbert and Georges - sanguine - 60 x 60 cm - 2010

Gilbert and Georges – sanguine – 60 x 60 cm – 2010

 

Séroux partage probablement par ses portraits la même sensibilité que ses modèles, cette proximitié avec l’indéfinissable, qu’il s’agisse de Gilbert and Georges, Luc Tuymans, Sophie Calle Catherine Millet, Douglas Hofstadter et tant d’autres.

 

André Comte Sponville - sanguine -60 x 60 cm - 2010

André Comte Sponville – sanguine -60 x 60 cm – 2010

 

Gilles Séroux Article

 

 

 

 

Regards sur l'Origine du monde - 80 x 100cm - 2008

Regards sur l’Origine du monde – 80 x 100cm – 2008

 

OEUVRES 2008 – 2009Voyeurisme, indiscrétion, désir ?Séroux nous offre des images claires, lisibles, sans repentirs, a priori réalistes. Mais tout est illusion.Richard Lindner écrivait : Tous les artistes sont des trompeurs. Peut-être dans le sens où ils ont la capacité de nous troubler, de nous déstablliser. Dans le cas de Séroux, il ne faut pas s’arrêter à la première lecture. Nous ne bornons pas à regarder un tableau, il nous met dans la position de voyeurs.Dans ses mises en scènes ou mises en abîme, Séroux peint des personnages en arrêt (de dos le plus souvent) devant l’oeuvre d’autres artistes. Le spectateur voit des personnes qui regardent un tableau dans lequel des personnes regardent…et ainsi de suite. Est-il, lui-même, devenu un Séroux ?

 

Homme éperdu - huile sur toile - 180 x100 cm - 180 x 100 cm - 2008

Homme éperdu – huile sur toile – 180 x100 cm – 180 x 100 cm – 2008

 

Dans les tableaux les plus récents, la rencontre avec Manet et la lecture que fait Séroux des deux tableaux du Musée de Tournai. Il ne s’agit pas, bien entendu, d’une comparaison entre les deux artistes. Il se trouve que Séroux rejoint la vision du Maître.Manet invite le visiteur à être le témoin indiscret du désir de rencontre d’un homme et d’une femme. Ces oeuvres nous regardent littéralement à mesure que nous nous en approchons.S’ensuit une exploration des autres oeuvres de Manet, tels le Déjeuner sur l’herbe qui fit scandale et correspond au voyeurisme de Séroux.Et il décline les oeuvres du Maître en fragments, gros plans, cadrages quasi photographiques.www.seroux.be

 

Angélique ou la tentaion du pire - 100 x 120 cm - 30 x 40 cm - 2008

Angélique ou la tentaion du pire – 100 x 120 cm – 30 x 40 cm – 2008

 

Vitrine - Atsuko Kudo Londres - 30 x 30 cm -30 x 30 cm - 2008

Vitrine – Atsuko Kudo Londres – 30 x 30 cm -30 x 30 cm – 2008

 

Dans d’autres tableaux antérieurs, Les mannequins dans les vitrines, habillés sinon dévoilés,. Là, pas d’intermédiaires entre nous et la scène représentée, mais nous pouvons nous surprendre à regarder la scène à la dérobée. Si Séroux avait pris comme modèle des femmes dans les vitrines, l’effet n’aurait pas été autre. Ses mannequins sont plus vrais que nature, à tel point qu’il m’est arrivé d’entendre des remarques de visiteuses, choquées de voir des femmes sans tête, décapitées en quelque sorte, ce qui est souvent le cas dans de nombreux magasins. Le faux serait-il plus vrai ?

 

Homme à la Tate Modern - huile sur toile - 30 x 40 cm - 2008

Homme à la Tate Modern – huile sur toile – 30 x 40 cm – 2008

 

Victorine - huile sur toile - 40 x 30 cm - 2008

Victorine – huile sur toile – 40 x 30 cm – 2008

 

Déjeuner sur l'herbe II - huile sur toile - 30 x 40 cm 2008

Déjeuner sur l’herbe II – huile sur toile – 30 x 40 cm 2008

 

ArtBrussels 97 - Le pouf rouge - 1997 - 60 x 120 cm

ArtBrussels 97 – Le pouf rouge – 1997 – 60 x 120 cm

 

MAD - Le Soir 29 avril 2008

MAD – Le Soir 29 avril 2008

 

La Libre Belgique - 8 mai 2009

La Libre Belgique – 8 mai 2009

 

libre belgique 8 mai 2009

libre belgique 8 mai 2009

 

MAD - Le Soir 20.05.09

MAD – Le Soir 20.05.09

 

Echo

Echo

 

ECHO - 23.05.09

ECHO – 23.05.09

 

Brussels Tribune - juin 2009

Brussels Tribune – juin 2009