Nathalie Grenier

portait Nathalie Grenier

                                                                                  Nathalie Grenier – La Richardière – été 2015

1ère salle galerie

Entrée de la galerie – de gauche à droite : Force de la nature – 2014 – 74 x 142 cm    Apparitions jaunes – 2014 – 74 x 142 cm     Nouvel horizon – 2015 – 147 x 210 cm    Turbulente nature – 2015 – 195 x 89 cm

10-Nouvel horizon-147x210cm

                                                                 Nouvel horizon – 2015 – acrylique sur papier Corée marouflé sur toile – 147 x 210 cm.

Il y a près de vingt ans déjà, Fred Lanzenberg accueillait pour la première fois Nathalie Grenier dans sa galerie des Etangs d’Ixelles. Je me souviens d’un cycle d’oeuvres extrêmement toniques tant par leur éclat propre que par une forme d’insolence dans un contexte alors artistiquement très correct.

Ce nouveau regard sur la nature et la peinture de paysage, sur les arbres et, un peu plus tard, sur les nageurs immergés, était en soi une entorse aux convenances en matière d’art contemporain, un vent de liberté. Que dire alors de l’hommage détourné, éclaté, à l’impressionnisme qui suivit sinon qu’il risquait d’être incompris ? C’est le contraire qui se passa. La conjoncture psychologique, sans doute, était bonne…Et mûres, les humeurs des amateurs lassés par des années de vache maigre en peinture. La démarche fut bien accueillie à Bruxelles comme à Paris, applaudie même. L’on ne se méprit pas. Nathalie Grenier ne s’appropriait pas l’entreprise de ses chers prédécesseurs, elle la reconsidérait en lui imprimant ce choc des cultures que représente un siècle de pratiques modernistes et postmodernistes.

11-2014-70x140-force de la nature - copie                                                                                          Force de la nature – 2014 – acrylique sur papier Japon marouflé sur toile – 74 x 142 cm

De sorte que si l’impressionnisme constitue bel et bien la mémoire de l’oeuvre avec ses sujets culte, la mer, le ciel, les falaises, les meules…l’artiste, elle, est toujours plus engagée dans la réflexion innovante. Cette réflexion porte sur l’immersion dans la couleur et la lumière, l’imprégnation du support par les humeurs du vent, des embruns, la circulation de l’air et leur confrontation à une vérité picturale inédite, qui fait un peu figure de cinquième élément, rivalise de vitesse et de précipitations, poudre l’espace et le grain du papier de traces et de scintillements épars, l’immobilise parfois comme en suspension.

C’est en faisant sienne une gestuelle nommée dripping mise à l’honneur par le peintre américain Pollock que la vision impressionniste, en quelque sorte se dilue, s’évapore et s’ouvre sur un autre espace. Nathalie se dit en connivence aussi avec le peintre français d’origine hongroise, Simon Hantaï dont elle aime l’indépendance, la manière d’avancer, de se brûler les ailes. Elle recherche un peu comme il le fit un moment donné, cet effet d’ouverture d’expansion, de dilatation de la suface picturale. On la sait aussi sur la même longueur d’onde que le compositeur Eric Satie, si proche des peintres, le seul, disait Man Ray, qui eût des yeux et dont la grêle de notes éparses tisse en tombant la plus ironique et la plus tonique des mélodies

 13-Grand vent-2015-150x210cm - copie                                                                                     Grand vent – 2015 – acrylique sur papier Corée – 147 x 210 cm

Le paysage en cette année 2015 est chez Nathalie Grenier plus que jamais à l’honneur. Elle semble vouloir le traverser comme si peindre, c’était d’abord percer un secret, ouvrir une porte après l’autre. Elle travaille de haut en bas criblant le papier Japon ou Corée posé au sol d’une myriade de points ou de taches qui désintègrent le volume, annulent les contours, déchiquètent la surface tout en préservant la globalité suggestive et poétique du sujet. Cette  tempête de gouttes colorées explose la vision du paysage qui reste identifiable mais distendu; écartelé, creusé. S’y substitue un champ lumineux à la fois plus ouvert, plus vaporeux et bien sûr plus abstrait. L’oxygène circule, soulève la surface comme dans Grand vent. La lumière éclabousse, la fluidité et la transparence sont absolues, épousant parfois le calme et l’immobilité des apparences. La couleur suffit à esquisser la forme et leur superposition, à diffuser
la lumière. Tout converge en un seul fait plastique improbable et pourtant familier où demeure obstinément l’idée des choses

 Ses peintures apparaissent plus que jamais comme un dispositif de passage où s’éparpillent et se cristallisent les impressions, une métaphore du mirage de l’existence. Cette pratique de l’acrylique sur papiers marouflés au grain varié créent un sentiment d’imprégnation, de presque confusion des paramètres de l’image d’où sourd l’éternelle question. Le vrai et le beau sont-ils dans la peinture ? Dans le paysage regardé ? Dans leur étroite confusion ? Tout se mélange sous l’effet d’une subjectivité rêveuse qui nous éloigne radicalement du naturalisme des maîtres, floute leur souvenir et se situe au-delà du miroir.

 

 

Danièle Gillemon

août 2015

 

Turbulente Nature   Turbulente nature – 2015 – acrylique sur papier Corée marouflé sur toile – 195 x 89 cm

.

4-Grand vague sur paysage- 74x142 cm                                                                                    Grande vague – 2014 – acrylique sur papier Japon – 74 x 142 cm

9 - Plein soleil 67x 98 cm

                                                                                                    Plein soleil – 2014 – acrylique sur papier Japon – 67 x 98 cm

5-Percée-2014- 74x142cm

                                                                                     Percée – 2014 – acyclique sur papier Japon – 74 x 142 cm


                                                                                    7côte dorée- 63x97cm                                                                                                                                  Côte dorée – 2014 – acrylique sur papier Japon marouflé sur toile – 63 x 97 cm

14-LC-MenacedeTempete - copie

                                                                                          Menace de tempête - 2015 - acrylique sur papier Corée marouflé sur toile – 100 x 142 cm

1.lisière et forêt - copie

                                                                                                                  Lisière et forêts - 1997 – carborandum et pointe sèche – 45 x 76 cm

2.Les pommiers - copie

                                                                                                                  Les pommiers – 1997 – carborandum et pointe sèche – 45 x 76 cm

11.les deux femmes - copie

                                                                                                                  Les deux femmes – 2012 – carborandum – 56 x 76 cm

5.pin prasol et soleil - copie

                                                                                                                Pin parasol et soleil – 2015 – carborandum et encre rouge – 76 x 56 cm

Le Soir - MAD -Aliénor Debrocq 7:10:2015

COLLECT octobre 2015

L'Orient - Grenier

expo B.L.

  EXPOSITION DU 10 SEPTEMBRE au 31 OCTOBRE 2014  – Galerie Baudoin Lebon – Paris

EXPOSITION du 16 JANVIER au 28 FÉVRIER 2014 – Galerie Fred Lanzenberg – Bruxelles
Peintures
Les premières expositions de Nathalie Grenier à la galerie Fred Lanzenberg ont eu lieu en 1997 et 2000.
Une très longue période entre ces deux expositions et la présente. Non que Nathalie Grenier ait jamais cessé d’exposer, en particulier à la galerie Baudoin Lebon de Paris. Exploration des fonds sous-marins et de sa faune, et parce que la lumière est sa préoccupation majeure, le ciel également habité, sans limite. Préoccupations et travaux de cette époque sont évoqués plus loin sur ce site.
2014 – Les tableaux présentés dans cette nouvelle exposition ont tous en commun un nouvel horizon beaucoup plus large. C’est dorénavant la couleur et la couleur seule qui donne la forme et la superposition des couleurs qui donne la lumière. Il n’y a aucun obstacle qui arrête le regard. Plus encore qu’auparavant il y a mouvance, miroitement, fluidité. Explosion des couleurs, sorte de feux d’artifice. Des myriades de points colorés. La couleur est projetée sur la toile. Elle est comme en suspension. La pâte telle qu’elle la travaillait jusqu’à présent n’est plus de mise. Elle ne ferait qu’alourdir ce que maintenant veut transmettre Nathalie Grenier, à savoir lumière, jaillissement et monter le registre des couleurs qu’elle cherche à employer pures. On pourrait craindre que ce travail reste en surface. Or c’est tout le contraire qui se produit. Car l’oeil va scruter ces gouttelettes de peinture, quelques fois serrées, quelques fois éparses qui donnent naissance à des champs de lumière.

 

 

 

 

 

Bout du monde - acrylique sur papier marouflé sur toile - 2013 -102 x 140 cm

Bout du monde – acrylique sur papier marouflé sur toile – 2013 -102 x 140 cm

 

Paysage après la pluie - acrylique sur papier marouflé sur toile - 2013 - 102 x 140 cm

Paysage après la pluie – acrylique sur papier marouflé sur toile – 2013 – 102 x 140 cm

 

 

Entre deux champs - acrylique sur paier marouflé sur toile - 2013 - 92 x 60 cm

Entre deux champs – acrylique sur paier marouflé sur toile – 2013 – 92 x 60 cm

 

 

Le Soir - Danièle Gillemon - 22/01/2014

Le Soir – Danièle Gillemon – 22/01/2014

 

Agenda.be

 

Le Vif-Express - Guy Gilsoul - 19/01/2014

Le Vif-Express – Guy Gilsoul – 19/01/2014

 

Préambule à la première exposition de Nathalie Grenier à la galerie Fred Lanzenberg – novembre décembre 1997
Le texte paru ce jour sous la plume de Danièle Gillemon dans le MAD, rendant compte du livre de Jean Clair : La responsabilité de l’artiste. Y est fait mention d’un autre livre de monsieur Philippe Dagen : ” La haine de l’art ” sous-entendu de l’art contemporain, dont Jean Clair serait le héraut. Ce second livre s’apparente à un pamphlet. Nous assistons donc actuellement à un art qui se targe d’être l’expression de l’avant-garde, art officiel qui impose ses diktats aux artistes et leur interdit toute référence au passé ou toute forme de tradition sous peine d’être traités de réactionnaires.
A l’art pompier actuel, il ne s’agit pas d’opposer le confort d’un autre art pompier qui aurait fait ses preuves.
A la ” réaction ” qui est l’injure suprême, les termes de réagir ou de re-agir me semblent porter en eux une dynamique de bonne augure.
C’est cette dynamique que je trouve dans l’oeuvre de Nathalie grenier. C’est aussi cette rareté qui emporte ma conviction et débuter cette nouvelle aventure. Je pense qu’une oeuvre est choisie pour ses qualités propre et aussi en confrontation avec les oeuvres d’artistes de la même génération. Mettons de coté ceux qui recherchent le plus grand écran, projections ou photos, je vois chez de nombreux artistes la volonté de peindre ou de dessiner mais ces modes d’expression sont tellement décriés qu’ils le font sur mode mineur. C’est un art de l’apparition quand ce n’est pas de la disparition, à force de discrétion.
Est-ce l’extrême jeunesse de Nathalie Grenier, elle a 31 ans, qui la sauve de cette réserve. Elle fonce, elle attaque la toile en utilisant de grands formats, en des compositions très construites. Les thèmes : pour l’instant des arbres, des sous-bois, une frise de plus de sept mètres : La Via Appia. Dans ses Paysages, c’est le geste pictural qui compte et la matière picturale. Aucune littérature, aucun symbolisme ne viennent étayer ce qu’elle nous propose. C’est la matière picturale qui s’impose; après, si l’on veut, on peut y voir des forêts. ce n’est pas le sujet qui fortifie la peinture mais la force de la peinture qui donne toute son ampleur à l’arbre et à la forêt.

 

 

Bois - 1997 -acrylique sur toile - 100 x 10 cm

Bois – 1997 -acrylique sur toile – 100 x 10 cm

 

C’est une peinture ouverte vers l’extérieur du tableau, si ouverte qu’à partir d’un format donné, s’y ajoutent deux autres panneaux, c’est alors un triptyque et elle pourrait continuer à en ajouter d’autres. Exemple La Via Appia, composée de six tableaux. On constate aussi que chaque élément vit parfaitement, séparé des autres. Enlevez la trouée centrale de lumière de ce sous-bois, vous aurez un enchevêtrement de peinture complètement abstrait.
Des comparaisons : Hofkunst, qui, avec d’autres moyens, le pastel, brassait des paysages ouverts jusqu’à créer un panoramique dans lequel on entrait, passant d’une saison à l’autre. Les premières oeuvres de Kiefer dans la matière et la force d’expression.
En 2000 avait lieu la seconde exposition à la galerie Fred Lanzenberg.
La Nature est toujours au centre de ses préoccupations. Qu’elle développe les Bois et ses profondeurs ou maintenant la Mer. Il y a continuité. Plus tard ce sera le ciel. Nathalie Grenier ne nie en aucune façon l’influence de Monet. Elle n’est pas la seule. D’autres artistes de la même génération revisitent les Nymphéas. Près de moi, Malgorzata Paszko, Stéphane Erouane Dumas, Michaël de Kok. Pas très loin des premiers cités: Philippe Carpentier et Pascal Courcelles.
Danièle Gillemon écrit : …Comme Nathalie Grenier n’en est pas à ses débuts, une maîtrise, une assurance lui permettent d’aborder frontalement et avec inventivité le langage pictural. Huiles sur toiles travaillées en relative épaisseur, les figures s’y étirent comme des ombres dans des pastorales de verts et de bleus changeant constamment sous l’effet tourbillonnant miroitant, dissolvant des eaux. Il n’y a ni ciel, ni ligne d’horizon, aucune suggestion d’un autre univers que celui de l’eau. Les figures sont dedans, montant des profondeurs sous-marines sans jamais émerger tout à fait. Et cependant la lumière est là, comme un appel vers le haut, puissante, inondant les tableaux, donnant aux couleurs leur magie ondoyante.
Soustraite à tout naturalisme,hautement interprétative, une telle peinture n’est pas tout à fait innocente ou si l’on préfère, tout à fait dénuée d’intentions. Ombres de nous-même, vaincues, comme sous l’effet d’un plaisir anéantissant, ces silhouettes sombres dans l’iridescence des bleus et des verts, ne sont-elles pas rendues à l’un de ces plaisirs primordiaux que tout concourt à nous faire oublier ?…
D’autres ont pu constater la pleine pâte appliquée au sujet dangereux qu’est la mer. Ni avant-plan, ni arrière-plan, pas de ciel. On s’immerge dans sa peinture comme les plongeurs qu’elle dessine, étrange masse entre être humain et rocher.

 

Le détroit - 2000 - huile sur toile - 150 x 200 cm

Le détroit – 2000 – huile sur toile – 150 x 200 cm

 

Le reflet - 1999 - 130 x 195 cm

Le reflet – 1999 – 130 x 195 cm

 

Le Soir - Danièle Gillemon 21/11/1997

Le Soir – Danièle Gillemon 21/11/1997

 

Libre Culture - Roger-Pierre Turine -28/11/1997Libre Culture - Roger-Pierre Turine -28/11/1997

Libre Culture – Roger-Pierre Turine -28/11/1997

 

Le Soir - Danièle Gillemon - 31/05/2000

Le Soir – Danièle Gillemon – 31/05/2000

 

Libre Culture - Roger-Pierre Turine - 7/16/2000

Libre Culture – Roger-Pierre Turine – 7/16/2000

 

Le Soir - Victor - 21/05/2000

Le Soir – Victor – 21/05/2000

 

Nathalie Grenier
Née à Paris en 1966

EXPOSITIONS PERSONNELLES
1995 – Via Appia- galerie Baudoin Lebon

1997 -Galerie Fred Lanzenberg – Bruxelles
Galerie Baudoin Lebon – Paris
Galerie Bernard Bouche – Paris

2000 - Galerie Fred Lanzenberg – Bruxelles

2001 – Galerie Baudoin Lebon -Paris

2002 – Galerie Michèle Broutta – Paris

2004 – Baudoin Lebon hors les murs – Hôtel de Sauroy – Paris

2005 – Art Paris – Galerie Baudoin Lebon

2008 – Le Cueilleur, Le 28A Aix-en-Provence.

2009 – Escalier B. Paris

2010 – Etreintes, Prieuré de Lavaré – Sarthe

2011 – Chemin de croix gravé – Eglise Sainte Marguerite – Paris
Baigneuse en exil, galerie Georges Bessière – Noimoutiers
Centre Culturel des Tanneries du pays de Conches

2013 – Divin (é) moi Avec le joallier Robert Mazlo – Paris
galerie Peter Vann. S-Chanf. Suisse

2014 – Galerie Fred Lanzenberg – Bruxelles
Engadinia, Galerie Peter V ann.S-Chanf. Suisse.
Galerie Baudoin Lebon – Paris.